Audit de site web : n’omettez pas l’analyse de la vitesse de chargement

Tapez “analyse de site web” dans Google. Le nombre impressionnant de réponses délivrées par le moteur de recherche parle de lui-même : il existe aujourd’hui une myriade d’outils et de solutions, payantes ou gratuites, pour réaliser un audit de votre site web. Revers de la médaille : il existe aussi une multitude de définitions différentes de ce qu’est réellement une analyse de site web ! Si vous souhaitez réaliser un diagnostic complet de vos pages, en revanche, votre choix va se réduire drastiquement : l’immense majorité de ces services se focalisent en effet sur tel ou tel domaine. Avec en vedette, évidemment, l’analyse SEO de vos pages (leur potentiel à être correctement référencée par les moteurs de recherche). Et, lorsque le sujet la vitesse de chargement est abordé, il se limite bien souvent à l’indication d’un “temps de chargement” – pas toujours très clairement défini qui plus est, en termes de méthodologie de mesure.

Vitesse de chargement : un chapitre essentiel de vos audits

L’analyse de vos performances en matière de vitesse de chargement mérite pourtant une place bien plus large dans vos audits de site web. D’abord au vu des nombreuses et lourdes conséquences que peut entraîner une lenteur excessive de vos pages sur l’ensemble de votre activité en ligne. Avec vos statistiques business en première ligne : risques de hausse du taux de rebond, de dégradation de votre conversion ou de votre taux d’abandon de panier, etc. Mais pas uniquement : la frustration de vos visiteurs face à des temps d’attentes jugés trop longs peut aussi avoir de graves répercussions sur votre niveau de fidélisation voire même sur votre image de marque. Même le référencement naturel de vos pages peut se voir affecté par un temps de réponse serveur trop élevé !

Autre argument plaidant pour une large place cédée à la vitesse de chargement dans vos analyses de sites web : l’évaluation de la rapidité d’affichage de vos pages ne peut pas se résumer à la mesure d’un seul et unique indicateur. Pour jauger les performances de votre infrastructure et de votre hébergement, vous devrez mesurer votre temps de réponse serveur (ou plus précisément le Time To First Byte – TTFB). Si en revanche, c’est la vitesse d’affichage telle que perçue par vos visiteurs qui vous intéresse, il faudra vous pencher sur des indicateurs plus orientés UX tels que le Start Render (délai avant début d’affichage) ou le Speed Index (indice basé sur l’analyse vidéo du chargement de la page, qui retranscrit la vitesse d’affichage des éléments présents dans la partie la page visible à l’écran).

Des tests réalistes pour des analyses de sites pertinentes

Pas d’analyse de site web sérieuse sans prise en compte de l’expérience utilisateur ! Car au final, c’est bien la performance ressentie par vos utilisateurs qui va conditionner le succès de votre activité web. Et pour prendre en compte ce ressenti utilisateur, vos diagnostics de sites web doivent impérativement être menés dans des conditions les plus proches possible de celles de vos utilisateurs. Dans ce contexte, privilégiez donc les solutions de diagnostic pratiquant le Real Browser Testing (réalisation des tests via un navigateur web grand public). Et parce que les internautes visitent votre site dans des conditions très hétérogènes (via un mobile ou un ordinateur, débit, latence, etc.), votre solution d’analyse de pages web doit aussi vous permettre de reproduire ces paramètres de test.

Ainsi équipé, vous serez alors en mesure de générer des diagnostics pertinents et suffisamment détaillés pour identifier les meilleures pistes d’optimisation pour votre performance web !